background image
Location:

Questions-réponses en compagnie du Dr. Annie Evans

Combien de femmes souffrent de sécheresse vaginale ?

Dr. Evans : Le nombre de femmes confrontées à des symptômes de sécheresse vaginale dépend de l’âge et du contexte culturel. Le pourcentage de femmes présentant des symptômes de sécheresse vaginale ou qui en sont incommodées est donc variable.

Cependant, une femme sur trois au total souffre un jour de sécheresse vaginale. Elle se manifeste plus souvent chez les femmes âgées. Après la ménopause, la moitié des femmes y sont confrontées et cette proportion atteint deux tiers des femmes âgées de plus de 65 ans.

La plupart des femmes n’en parlent pas volontiers. Seul un quart des femmes qui en sont vraiment incommodées après la ménopause consultent un médecin.

L’utilisation de lubrifiants varie également fortement d’un pays à l’autre. À l’heure actuelle, environ une femme sur vingt utilise un lubrifiant alors que près d’une femme sur trois pourrait probablement en tirer profit.

 

Qu’y a-t-il comme autres symptômes, à part la sécheresse ?

Dr. Evans : La sécheresse vaginale est principalement incommodante lors des rapports sexuels. De nombreuses femmes se plaignent en outre de douleur, d’une sensation de brûlure ou de démangeaisons. Elles éprouvent en permanence une sensation désagréable à l’intérieur et autour du vagin, résultant des frottements et de l’irritation.

Quelles en sont les causes ?

Dr. Evans: Il peut y avoir plusieurs causes responsables de la sécheresse vaginale :

La cause principale est une diminution du taux d’œstrogène. L’œstrogène est l’hormone féminine principale. Elle assure une hydratation saine, une élasticité et un degré d’acidité adéquat dans le vagin. Ces facteurs constituent ensemble un système de défense naturelle contre les infections vaginales et les infections des voies urinaires.

Le taux d’œstrogène peut diminuer pour un certain nombre de raisons :

  • Ménopause
  • Accouchement
  • Allaitement
  • Modifications ovariennes suite à des méthodes de traitement anticancéreuses, parmi lesquelles la radiothérapie, l’hormonothérapie et la chimiothérapie
  • Ablation chirurgicale des ovaires
  • Sport intensif
  • Perte de poids importante ou sous-poids
  • Perturbation du système immunitaire
  • Tabagisme
  • Médicaments

Les médicaments antiallergiques et anti-rhume ainsi qu’un certain nombre d’antidépresseurs peuvent diminuer l’hydratation de certaines parties du corps, parmi lesquelles le vagin. Les médicaments anti-œstrogéniques, qui sont utilisés par exemple contre le cancer du sein, peuvent également provoquer une sécheresse vaginale.

Certaines maladies peuvent s’accompagner d’une sécheresse cutanée ou de la paroi vaginale. C’est pourquoi il est important de toujours consulter un médecin en cas de symptômes de longue durée ne disparaissant pas au moyen d’un simple traitement. Ceci est particulièrement valable pour les jeunes femmes.

Quelles sont les méthodes de traitement ?

Dr. Evans : Utiliser un lubrifiant ou une crème hydratante.
Les lubrifiants vaginaux ou les crèmes hydratantes intimes sont une bonne solution de remplacement provisoire de l’hydratation naturelle du vagin. Vous pouvez les utiliser quotidiennement pour atténuer les symptômes et rendre les rapports sexuels plus agréables.

Traitement œstrogénique local

La sécheresse vaginale, la douleur, la sensation de brûlure, l’irritation et la desquamation de la peau ou de la paroi vaginale peuvent être traitées de manière adéquate par un traitement œstrogénique local. Grâce à ce traitement, le pH naturel du vagin est rétabli et les sécrétions régulées. Ceci permet de remédier à l’inconfort et la douleur associés aux rapports sexuels.

  • Ces traitements comprennent :
  • Comprimés vaginaux
  • Pessaires
  • Crèmes
  • Anneau vaginal

Ces traitements sont efficaces et peu incommodants. Grâce à leur action locale, le risque d’effets indésirables est plus faible.

Autres traitements
En présence d’une autre affection cutanée, il convient de se faire soigner par un spécialiste

Que faire de plus pour obtenir un meilleur confort ?

Les meilleurs conseils pour prévenir l’inconfort sont de :

  • Ne pas utiliser de savon dans la région vaginale.
    • Ne pas utiliser de protège-slips.
  • Porter des culottes en coton ; éviter le nylon et les tissus synthétiques.
  • Ne pas utiliser de papier toilette parfumé, d’huile de bain parfumée ou de poudre à lessiver parfumée.
  • Ne pas doucher la région vaginale à l’aide d’agents nettoyants particuliers.

Ne pas acheter non plus de produits tels que des crèmes ou des comprimés ‘anti-infection’ sans demander conseil au préalable à un médecin. De tels produits rendent souvent la peau encore plus sensible et aggravent les symptômes.

Si vous souffrez déjà, bien avant la ménopause, de sécheresse vaginale pendant les rapports sexuels et s’il n’existe aucune autre raison expliquant un faible taux d’œstrogène, assurez-vous que votre partenaire et vous prenez suffisamment de temps pour être sexuellement excités avant la pénétration. Si le problème persiste et si vous êtes inquiète, consultez toujours un spécialiste.

Quand dois-je utiliser un lubrifiant vaginal intime ?

Dr. Evans : Les lubrifiants vaginaux et les crèmes hydratantes intimes ne sont pas exclusivement destinés aux rapports sexuels, bien qu’ils soient très utiles dans ce domaine. Si vous utilisez un préservatif, le lubrifiant permet au préservatif de ne pas se déchirer et il augmente la sensibilité et le plaisir. Même si vous n’avez pas besoin de préservatif, un lubrifiant vous permet de faire l’amour plus longtemps et de manière plus agréable.
Pour les femmes qui souffrent de sécheresse pendant les rapports sexuels – qu’elles en éprouvent moins de plaisir ou qu'elles éprouvent une réelle douleur - les lubrifiants sont quasiment indispensables pour obtenir un résultat satisfaisant.

Il est également possible d’utiliser les lubrifiants et les crèmes hydratantes intimes à d’autres moments, afin d’éprouver davantage de confort dans la vie de tous les jours et d’être moins incommodée par des symptômes vaginaux.

À quelle fréquence dois-je utiliser ces produits ?

Dr. Evans : Vous pouvez les utiliser en fonction des besoins, par exemple pendant les rapports sexuels ou pour pouvoir pratiquer un sport sans inconfort (vélo, fitness, etc.)
Si vous souffrez de symptômes de longue durée, vous pouvez également les utiliser de manière régulière, par exemple une ou deux fois par jour. Ils sont totalement sûrs en cas d’utilisation prolongée mais, en cas de symptômes persistants, demandez à votre médecin s’il n’est pas nécessaire de suivre une autre méthode de traitement.

Où puis-je me procurer Sensilube ?

Dr. Evans : Sensilube est disponible en pharmacie.

Un médecin ou un gynécologue peut-il conseiller Sensilube ?

Dr. Evans : Votre médecin ou votre gynécologue peut vous conseiller d’utiliser Sensilube. De nombreux médecins peuvent vous en fournir un échantillon gratuit. 

Pourquoi Sensilube est-il un si bon produit ?

Dr. Evans: Sensilube est un produit pur et doux à base d’eau. Sa structure est très proche de celle des sécrétions vaginales naturelles. Sensilube est incolore, inodore et ne tache pas. Seule une petite quantité est nécessaire. Il n’est pas gras, simple d’utilisation et compatible avec les préservatifs.
Des tests ont montré que Sensilube est bien toléré. Les utilisatrices apprécient sa structure, sa facilité d’utilisation et trouvent qu’il donne la même sensation qu’une hydratation naturelle.

De quelle manière agit Sensilube exactement ?

Dr. Evans : Sensilube complémente l’humidité vaginale naturelle. Il humidifie et lubrifie le vagin de manière très naturelle. Il rend non seulement les rapports sexuels confortables mais remédie également aux inconforts quotidiens résultant d’une sécheresse vaginale.
 
Puis-je utiliser Sensilube pendant la grossesse ?

Dr. Evans : Sensilube est également d’utilisation sûre chez les femmes enceintes. Il est évidemment recommandé de toujours consulter son médecin ou sa sage-femme en cas de modifications évidentes des sécrétions vaginales.

Sensilube augmente-t-il le risque d’infections vaginales ?

Dr. Evans : Vous ne courez pas plus de risque de développer une MST avec Sensilube. Au contraire, grâce au lubrifiant, le risque de déchirure du préservatif ou le risque de développer une affection vaginale est diminué. Cependant, il ne remplace en rien les rapports sexuels protégés. Et il est évident qu’il faut consulter un médecin en cas de modification des sécrétions vaginales, en cas de douleur, de pertes sanguines etc.

 

 
 
Image de points d'interrogation
 
Sensilube pack d'images
RB Logo